La construction de la Cathédrale : l’œuvre d’ouvriers et de fournisseurs de la région

1 mai 2017

La construction de la Cathédrale : l’œuvre d’ouvriers et de fournisseurs de la région

En 1915, lorsque l’architecte Louis-Napoléon Audet entame les travaux d’excavation et de construction de la Cathédrale, c’est un chantier d’envergure qui voit le jour. Alors que le chômage sévit en cette deuxième année de Seconde Guerre mondiale, ce chantier deviendra un employeur important et un propulseur économique dans la région.

En effet, une centaine d’ouvriers seront mobilisés pour la construction ainsi qu’une dizaine de fournisseurs pour alimenter le chantier en sable, ciment, brique, bois, marbres, acier et machinerie.

Grâce au travail de ces ouvriers, les travaux, bien qu’interrompus en 1917 pour des raisons financières, auront permis d’ériger le sous-sol de la Cathédrale, ce qui deviendra la Pauline Chapelle.

On constate d’ailleurs, à la lecture des correspondances rédigées par l’architecte Louis-Napoléon Audet, tout le respect et la fierté que celui-ci porte envers le travail effectué par les ouvriers de la région.  Comme ici lorsqu’il décrit, en 1968, les début des travaux effectués à l’abbé Robert Rouleau, secrétaire de Mgr Jean-Marie Fortier.

« La construction de la cathédrale a commencé en 1915, deuxième année de la première Grande Guerre et Son Excellence entreprenait cette construction pour combattre le chômage. Tout a été fait sur place, un compresseur avait été posé pour aider à tailler la pierre de même qu’un concasseur (…) Les travaux étaient dirigés par M. Omer Bonin, de Sherbrooke; la taille de la pierre par M. Gaudiose Plamondon. Tous deux étaient de très bons ouvriersnbsp;»

Rémunérés à l’époque au tarif de 0,175$ de l’heure en 1916, ces ouvriers, ainsi que ceux qui ont poursuivi les travaux à partir de 1956, auront participé à l’édification de ce magnifique joyau patrimonial.

Le Centre d’archives Mgr-Antoine-Racine. 2001-084-56

Honorons ensemble le travail effectué par l’ensemble des ouvriers qui ont participé à l’édification de ce sanctuaire patrimonial, et participons à sa préservation.

Le travail est commencé, aidez-nous à continuer !

La Cathédrale St-Michel: une histoire de persévérance de l’architecte Audet

1 mai 2017

La Cathédrale St-Michel: une histoire de persévérance de l’architecte Audet

C’est une si belle histoire.

En 1914, lorsque Monseigneur Paul-Stanislas LaRocque fait appel à l’architecte Louis-Napoléon Audet afin de réaliser les croquis d’une nouvelle Cathédrale, nul ne pouvait se douter que l’architecte s’occuperait non seulement de la première étape de la construction de 1915-à 1917, mais reviendrait, à l’âge de 75 ans, pour finaliser l’un des plus grands projets de Sherbrooke.

Lorsqu’on prend connaissance des correspondances de Louis-Napoléon Audet, on constate toute la rigueur, la passion et la détermination dont il a fait preuve tout au long de ce projet grandiose. Qu’il s’agisse de lettres adressées aux fournisseurs pour obtenir les meilleurs prix possibles ou pour leur faire part de sa satisfaction, ou de son insatisfaction, des efforts qu’il déploie pour s’assurer du respect des échéances et de ses choix éclairés des matériaux utilisés, on y perçoit avant tout sa détermination à ériger un monument exceptionnel.

De la Chapelle Pauline, réalisation de la première phase de construction, l’architecte décrit avec fierté tous ses détails architecturaux et ses attraits qui en font un lieu exceptionnel:

Entrons maintenant dans la chapelle Pauline. L’œil est d’abord attiré par la grande voûte, surbaissée faite de briques aux nuances pâles, mais de divers tons et s’harmonisant avec le reste des murs et les lourds piliers. […] L’on est agréablement surpris de la grande simplicité de décoration de l’édifice. […] Des lignes seulement, d’innombrables jeux d’ombre et de lumière se jouent à travers les piliers et les voûtes. […] Partout ce n’est que pierre, brique et marbre. L’on a voulu non seulement faire grand, mais faire durable.

Aux générations futures, il restera à habiller ce monument, à le décorer  et ainsi par delà le temps, le chrétien d’aujourd’hui sera réuni à celui du futur par la même pensée et dans une même prière faite dans le même temple qu’il aura contribué à élever ou à embellir.

Lors de la reprise des travaux en 1956, l’architecte, inspiré par l’ensemble des chantiers qu’il a menés au cours des dernières années, apporte des changements au projet initial.  Ces changements reflète le mûrissement professionnel de l’architecte et l’apparition de nouveaux matériaux.

Le travail est commencé, aidez-nous à continuer !

 

Source : Description que l’architecte Louis-Napoléon Audet fait de la construction de la cathédrale et de l’évêché de Sherbrooke (A15,SC2.7). http://expo.rassas.org/fr/cathedrale/chapelle-pauline/architecture

 

Levée de fonds : la communauté fait preuve de générosité depuis le tout début début

1 mai 2017

Levée de fonds : la communauté fait preuve de générosité depuis le tout début début

Ce n’est pas la première fois que la communauté se mobilise avec autant de générosité afin d’aider la Cathédrale St-Michel, et l’on constate que les modes de financement n’ont pas tant changé!

On retrouve notamment les traces de cette générosité, bien consignées dans un livre comptable datant des années 1900, dans lequel sont inscrites les promesses de polices d’assurance vie, de prêts et de dons dans le cadre de la levée de fonds pour la construction de la Cathédrale.

En effet, dès 1905, les paroissiens, le diocèse  et les membres du Clergé ont répondu en grand nombre au vibrant plaidoyer de la part de Monseigneur Laroque qui sollicitait alors  la contribution de toute la communauté pour l’appuyer dans la construction de la Cathédrale.

« L’œuvre qu’il s’agit de mener à bonne fin est considérable, très considérable en vérité, et dépassant de beaucoup, les ressources actuelles dont je puis disposer. Mais le temps est venu de l’entreprendre, et qui pourra dire que j’y mets la main prématurément, quand tous savent que le fardeau de l’épiscopat pèse sur mes faibles épaules depuis bientôt vingt-deux années ? Les fidèles de la paroisse St-Michel, les catholiques de tout le diocèse, le Clergé, tous, si je ne me trompe, appellent de tous leurs vœux, la réalisation de cette entreprise. »

Des donateurs ont prêté ou fait part de dons, désireux de faire partie de cette page d’histoire religieuse et patrimoniale. Parmi toutes contributions, on voit ici la promesse d’une police d’assurance de la part de Monsieur Denis Bellemare ainsi que le généreux don de M. Carrier, accompagnée d’une lettre qui illustre bien l’engouement que suscite le projet de construction de la Cathédrale.

Parce qu’il est essentiel d’honorer la générosité de la communauté envers la construction de la Cathédrale, il est maintenant essentiel de finaliser les travaux nécessaires à sa préservation.

Nous relevons donc encore une fois nos manches et sollicitons votre implication afin que les efforts des générations antérieures ne soient jamais perdus.

Découvrez tous les modes de financement qui vous permettront de venir en aide à votre façon!

Le travail est commencé, aidez-nous à continuer !

 

Centre d’archives Mgr-Antoine-Racine
2001-081-2

 

Centre d’archives Mgr-Antoine-Racine
2001-081-2
Centre d’archives Mgr-Antoine-Racine
2001-081-2